Haute Surveillance

"Haute surveillance" fut écrite à Fresnes, vers 1942 ou 1944. Genet y était enfermé, pas dans le quartier des résistants mais dans le quartier des voleurs. La pièce fut créée en 1949, deux ans après "Les bonnes" qui avait fait scandale.

Trois étranges prisonniers réunis par Genet dans la cellule d'un quartier de haute sécurité ! Loin de souhaiter échapper à leur condition, ils constituent à eux trois un petit monde clos dont ils exagèrent l'enfermement. Yeux-Verts, le seul assassin du groupe, est un pôle attractif pour les deux autres : ils n'aspirent qu'à l'honneur de l'imiter, sinon de le rejoindre dans le ciel héroïque du crime et de la mort pour lequel la prison se révèle le meilleur tremplin.
Prison et enfermement métaphysiques donc. Yeux-Verts, le plus avancé sur la voie du détachement, fuit dans une sorte de rêve de gloire ; les deux autres s'entre-déchirent pour avoir les meilleures chances d'accéder à une existence vraie en captant à leur profit le reflet de celui qui appartient déjà à l'autre monde. Ce désir luciférien de néantisation salvatrice ne peut aboutir qu'à l'échec.

 

Elle

Dans cette œuvre posthume, Genet ne cesse de creuser, en termes concrets de théâtre, ce que fiction veut dire, à la fois comme mensonge et comme construction de soi.

En dénonçant la nécessaire théâtralité des images, Genet n’entend pas les annuler ou les frapper d’impuissance. Il rend tout son pouvoir au Théâtre lui-même : le simulacre n’est-il pas à même de révéler la présence au cœur même de l’absence ?

Le matin, très tôt. Un photographe dispose ses appareils en attendant l’éminente personnalité, « Elle », qui doit venir prendre la pose. Face à lui, un huissier indique les étapes d’un cérémonial mystérieux auquel il va devoir se plier pour qu’« Elle » apparaisse...
Contre toute attente, c’est une personne lasse et souffrante qui fait son entrée. Sous l’œil froid et méticuleux de l’huissier qui contrôle chacun de ses gestes comme un marionnettiste, Elle déclare être « truquée », consciente de la distance qui sépare son être de chair de l’Image qu’elle renvoie à « quinze millions d’âmes avides ».
Lorsqu’« Elle » disparaît, tirée par un « invisible filin », seules demeurent des questions : la rencontre a-t-elle vraiment eu lieu ? Le photographe a-t-il réussi à prendre son fameux cliché ? Les voies mystérieuses de l’Image restent impénétrables.

 

Horaires

Dimanche 26 Janvier

à 17h 

2 fois 50 min, 1/2h d’entracte avec buvette

Avec

La Cie des yeux verts

Tarif

Tarif normal : 8€

Tarif réduit : 6€

-->